Comparaison des investissements entre or papier et or physique

Ces quinze dernières années, l’or a séduit un grand nombre d’investisseurs, et le cours du métal jaune a connu une hausse fulgurante. Une des raisons du succès de l’or d’investissement, c’est l’apparition de produits financiers alternatifs, communément désignés par l’expression « or papier ». Si vous hésitez entre or physique et or papier, lisez cet article : nous vous y exposons les différences entre ces deux modes d’investissement.

L’or physique est plus facile à définir que l’or papier : c’est tout simplement le type d’or que l’on peut toucher et saisir. Il existe plusieurs catégories d’or physique : les bijoux, pièces anciennes et objets d’art d’un côté, et, de l’autre, l’or d’investissement, à savoir les pièces, lingots et lingotins. Par contraste, on ne peut pas toucher ou palper l’or papier : il correspond en effet à des produits financiers permettant de spéculer sur le cours de l’or.

 

En achetant un ETF, on n’achète pas de l’or physique, on spécule sur son cours

Attention, l’achat d’un ETF ne vous garantie pas la détention d’or physique

Tout comme l’or physique, l’or papier peut prendre différentes formes, souvent indifféremment désignées par le terme de « trackers ». Toute une gamme de produits ETF ( exange trades funds) est disponible, dont les ETP (exchange traded products), les ETC (exchange traded commodities), ou encore les ETN (exchange traded notes). Ces produits ne sont pas des fonds, mais des titres adossés à un actif sous-jacent. Ils reproduisent ainsi la performance d’un actif, qui peut être une matière première ou une action. Leur prix évolue de la même façon que le prix de l’or, mais, lorsqu’on achète un ETF, on n’achète pas d’or : on spécule tout simplement sur son prix.

Les produits le plus courants sont sans doute les ETC de SPDR Gold Shares, qui sont cotés sur les bourses de New York, de Tokyo, Singapour et Hong Kong. L’or sur lesquels ces titres sont adossés se trouve dans les coffres londoniens de la banque HSBC. On peut également investir sur l’or papier en achetant des actions sur les mines d’or, ou en spéculant sur l’évolution du prix du métal jaune avec les options et les contrats à terme.

Si l’or papier a tant de succès, c’est parce qu’il offre des avantages intéressants. Tout d’abord, il n’a pas besoin d’être stocké ce qui se traduit, pour les investisseurs, par l’absence de frais de coffre. Le second avantage des certificats et autres trackers, c’est le fait qu’ils permettent de réaliser des plus-values importantes très rapidement, notamment grâce aux effets de levier. Comme le résume très bien Philippe Herlin dans son ouvrage L’or, un placement d’avenir, paru aux éditions Eyrolles en 2012, l’or papier intéressera davantage les spéculateurs prêts à prendre des risques que les investisseurs sur le long terme.

L’or papier a toutefois plus d’inconvénients que l’or physique. Il ressemble davantage à un marché d’actions classiques, un marché boursier que veulent précisément fuir les investisseurs intéressés par les pièces et lingots. Les cours de l’or papier sont souvent bien plus volatiles que ceux de l’or physique. En cas de crise ou de krach, vous pouvez ainsi voir votre investissement diminuer comme une peau de chagrin. Le cours de l’or physique peut lui aussi fluctuer, mais il conserve toujours sa valeur-refuge universelle.

Pour visualiser l’évolution du cours de l’or et de l'argent au cours du temps (en Euros ou en Dollars), visitez le site du courtier GoldBroker: www.goldbroker.fr, vous y trouverez un graphique interactif et paramétrable qui est, selon nous, l’un des plus aboutis du marché !

Par ailleurs, les trackers n’offrent pas forcément une meilleure sécurité que l’or physique. Si la société qui vous a vendu vos ETC fait faillite, vous perdez tout simplement votre mise. De plus, la fraude et les conflits d’intérêt sont plus courants avec l’or papier. Pour preuve, le fait que la banque HSBC stocke d’énormes quantités d’or pour son fond SPDR Gold Shares tout en détenant des positions courtes sur l’or et l’argent, qui lui permettent de parier sur la baisse des métaux précieux. Pire encore, on a découvert il y a quelques années, comme le raconte le site des Echos, des fausses barres d’or à Londres à et Fort Knox.
L’or papier permet aussi aux détenteurs d’or qui vendent des trackers et autres produits financiers de frauder. Comme l’or est dématérialisé, on peut imprimer davantage de certificats que l’on a de lingots et arnaquer les investisseurs. Lorsque l’on achète de l’or physique, en revanche, on achète un « vrai » lingot que l’on peut aller voir, et même parfois retirer du coffre si l’on en a envie.

Enfin, côté fiscalité, l’or physique marque également des points face à l’or papier. Dans le cas des ETF et des actions, vous devrez vous acquitter, en cas de bénéfice, de la taxe sur les plus-values mobilières, sans exonération possible. En France, la fiscalité de l’or physique, même si elle est une des plus lourdes d’Europe, reste plus intéressante : selon votre situation, vous pouvez opter pour la taxe sur les plus-values, avec une exonération totale à partir de 22 ans de détention, ou pour les taxes sur les métaux précieux.

Si vous hésitez entre or papier et physique, pesez bien le pour et le contre avant d’investir. De notre côté, nous vous conseillons de vous tourner vers les pièces et lingots, qui représentent un investissement plus sûr. Avec les trackers, ETF et certificats, l’or perd en effet sa valeur-refuge : il devient un support de spéculation, qui conviendra plutôt à ceux qui ont l’habitude de jouer en Bourse et qui n’ont pas peur de prendre des risques, qu’aux investisseurs en quête d’un placement fiable.

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress | Designed by: Themes Gallery | Thanks to wordpress 4 themes, Download Premium WordPress Themes and