Pourquoi investir dans l’or en 2020 ?

Quel est le meilleur moment pour investir dans l’or ? Faut-il attendre ? Ne pas se presser ? Ou au contraire vaut-il mieux saisir les opportunités qui se présentent ?

Faut-il acheter de l’or physique en 2020 ?

En 2020 il est opportun d’acheter de l’or pour se prémunir contre un risque de crise économique: la valorisation des actifs est au plus haut depuis 2007, les plans de QE sont toujours en vigueur, la dette mondiale a triplé en 20 ans, les taux négatifs sont devenus une réalité, l’élection américaine crée de l’incertitude.

Les 5 points importants qui justifient l’investissement en or

Pour éclairer l’investisseur potentiel, nous nous sommes limités à lister (voir ci-dessus) et à détailler ci-après les 5 raisons principales qui, selon nous, devrait inciter l’internaute à augmenter la part de métaux précieux (or et argent) dans son portfolio :

1 – Valorisation des actifs au plus haut : le CAC a franchi la barre des 6 000 points

Fin Décembre, le CAC 40 a franchi la barre des 6 000 points, dépassant sa valeur de Juillet 2007, juste avant que n’éclate la crise des subprimes. L’indice phare de la bourse de Paris a progressé de plus de 25% en 2019, une performance inégalée depuis 2 décades.
L’histoire nous a montré que les crises boursières majeures se déclenchent quand la valorisation des actifs est au plus haut. Lorsque l’éclatement de la bulle Internet s’est déclenché en 2000, l’indice parisien était à 6 900 points. Si l’euphorie irrationnelle des marchés se poursuit avec la même tendance qu’en 2019, nous aurons vite atteint ce seuil emblématique.
Mais contrairement à 2008, avec des taux négatifs, une dette colossale et des plans de QE tout azimut, les banques centrales seront cette fois à cours de traitements pour lutter contre l’effondrement de l’économie. Une fois de plus, la seule valeur tangible qui inspirera confiance risque bien d’être l’or physique.

2 – Les banques centrales continuent d’imprimer (sans fin) de la monnaie papier

Si vous avez lu notre article sur l’or papier (et sur sa différence fondamentale avec l’or physique), vous comprendrez plus facilement les risques liés à l’usage intempestif de la planche à billets. De plus en plus d’experts économiques tirent la sonnette d’alarme sur l’impressionnante masse de monnaie fiduciaire que les banques centrales et les états déversent dans l’économie. La faute à la crise financière de 2008 qu’il a bien fallu éteindre par tous les moyens. Mais une décade plus tard, les mesures annoncées comme exceptionnelles à l’époque (« quantitative easing » ou QE) sont toujours en place. Pire, avant de quitter son poste à la BCE, Mario Dragui a refusé d’envisager une fin à ce rachat de titres sans précèdent (bons du Trésor pour l’essentiel).

3 – La dette mondiale a presque triplé en 20 ans

En un peu moins de 20 ans, la dette mondiale a été multipliée par 3 et devrait atteindre les 258 000 milliards de dollars en 2020. Cette épée de Damoclès, qui pèse sur les générations futures, ne fait que grossir, année après année. Et pour sauver le système et alléger la facture, les banques centrales sont contraintes de diminuer les taux d’intérêt et d’imprimer toujours plus de monnaie papier.
La dette nationale des États-Unis devrait atteindre les 23 000 milliards de dollars en 2020. En 2019, elle a dépassé l’équivalent du PIB américain, une première depuis la Seconde Guerre Mondiale.
Quant à la France, avec 2300 milliards d’euros de dette au dernier trimestre 2019 (incluant les 17 milliards attribués pour répondre à la crise sociale des gilets jaunes), elle se rapproche dangereusement d’une parité avec le PIB annuel de l’hexagone.
Seul l’or aurait la capacité de sécuriser ces énormes emprunts mais depuis Bretton Woods il n’y a plus de lien entre le cours du métal jaune et le billet vert. Mais même si cette parité venait par miracle à être recréée (ce que Trump avait souhaité lors de sa première campagne présidentielle), les stocks d’or que les banques centrales s’empressent de constituer seraient ridiculement sous-dimensionnés par rapport au besoin de couverture de ces emprunts.

4 – Taux d’intérêt négatifs : bien réels en zone euro, franchiront-ils l’Atlantique en 2020 ?

En 2019, les taux d’intérêt négatifs sont devenus une réalité en zone Euro. La France, l’Allemagne et de nombreux autres états européens ont commencé à émettre des obligations d’état à taux négatifs (jusqu’à -0,36% en 2019 pour la France). Comment peut-on interpréter une telle aberration : les investisseurs payent pour prêter leur argent !!!
De nombreux économistes, parmi lesquels la banque d’affaire américaine Morgan Stanley, pensent que cela sera au tour des Etats-Unis de passer en zone négative en 2020, tout au moins pour les taux réels (taux d’intérêt diminués de l’inflation). Après trois dévaluations successives des taux par la Fed en 2019, les taux réels à 10 ans sont descendus en dessous de 0,3% et se rapprochent dangereusement de la zone rouge.
Avec des obligations désormais entachées de rendements négatifs, l’or (qui ne rapporte rien !) va soudain reprendre de la couleur, même auprès des tradeurs les plus réticents à l’introduction du métal jaune dans leur portfolio.

Attention cependant à choisir le type de métal adapté à votre situation personnelle.

5 – Incertitudes sur les élections américaines et la destitution de Donald Trump

Si les risques géopolitiques sont nombreux en ce début d’année (Brexit sans accord, crise iranienne,), le plus préoccupant est sans aucun doute celui lié à l’élection américaine de Novembre 2020. Il y a 4 ans l’élection de Trump avait déjà profondément divisé la société américaine entre démocrates et républicains, entre pro et anti Trump. Avec la procédure de destitution en cours les tensions vont aller crescendo et les deux camps vont se livrer une lutte sans merci. Nul ne sait quelle peut être l’issue de cette confrontation et les marchés, qui n’aiment pas l’incertitude, vont faire preuve de prudence et se tourner vers le métal jaune, valeur refuge par excellence.

Savez-vous que vous pouvez investir de l’or physique en ligne ?

Les grandes banques (Goldman Sachs, UBS, BNP,..) sont toutes optimistes pour une montée importante du cours de l’or, annonçant un dépassement du seuil de 1600 dollars l’once au cours de l’année 2020. Une raison de plus pour envisager une opportunité d’achat avant l’envolée des cours. Et pourquoi pas via Internet, sans bouger de chez vous ? Lisez notre article si vous voulez en savoir plus sur les étapes pour acquérir de l’or physique en ligne.

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress | Designed by: Themes Gallery | Thanks to wordpress 4 themes, Download Premium WordPress Themes and