Donald Trump est-il favorable à un retour à l’étalon or ?

Juillet 2019

Que ce soit pendant sa campagne électorale ou durant ses années de pouvoir, Donald Trump a souvent exprimé des idées surprenantes et fréquemment agit à contre-courant des opinions majoritaires. Revenir à un système monétaire basé sur l’étalon-or est une de ses idées surprenantes, très loin de faire partie de l’opinion majoritaire, même au sein de sa famille politique, les Républicains. Cela nous ramènerait tout simplement 75 ans en arrière, à l’époque des accords historiques de Bretton Woods, signés à la sortie de la 2ème guerre mondiale. Pourtant un tel retour de la proéminence de la valeur refuge dans le système monétaire international est de plus en plus évoqué à la Maison Blanche. Voyons ce que pense Donald Trump de l’or et qu’elle est son opinion sur un système monétaire basé sur l’étalon-or ?

QUEL COURTIER CHOISIR ? Or.fr si vous voulez être le seul et unique propriétaire de vos lingots et pièces d’or. Bullionvault.fr si votre capacité d’investissement est limitée.
L’avantage de Or.fr (ex Goldbroker.fr): Accès direct à vos métaux précieux; Pas de détention mutualisée. Chez ce courtier, vous aurez une propriété complète des quantités acquises. Cliquez ici pour plus de détails...

Trump a investi très tôt (à partir de 1975) une partie de sa fortune en or physique

Dans les années 70, suivant l’exemple paternel qui lui a généreusement prêté 1 million de dollars, le jeune homme d’affaire se lance dans l’immobilier de luxe à New-York : Grand Hyatt Hôtel, Trump Tower (*), Plaza Hôtel… Les affaires sont florissantes mais les rendements ne sont pas à la hauteur du golden boy qui veut s’enrichir plus vite que son père. Or, justement ne voilà-t-il pas que le gouvernement américain vient d’autoriser (Janvier 1975) la possession d’or à titre privé.
Saisissant cette opportunité, le jeune magnat de l’immobilier investit une partie de son portfolio dans le métal jaune. Selon un article de 1983 du New York Times, il aurait déclaré avoir acheté des lingots à $185 l’once et les avoir revendus $785 en moyenne, faisant ainsi un placement lui ayant rapporté du 324%. Ce à quoi il aurait ajouté, toujours selon ce que rapporte le NYT :

« Nous avons fait un bon placement ! C’est plus facile avec l’or que dans le bâtiment ! »

Selon une information de Kitco Metals Inc. (un important broker nord-américain) le candidat républicain Donald Trump aurait déclaré en Juillet 2015 à la FEC (commission d’investiture US) détenir entre 100 000 et 200 000 dollars en or. Une somme certes importante pour le commun des mortels mais relativement modeste au regard de la fortune du milliardaire (1.35 milliards selon cette même déclaration à la FEC). Kitco signale dans son article que l’or détenu par Trump le serait sous forme physique et non sous forme d’actions aurifères ou autres ETF.

Note (*) : La Trump Tower est un exemple parmi d’autre de la fascination que l’actuel président accorde au métal précieux. Sa luxueuse penthouse (sa résidence principale jusqu’à son départ pour la maison blanche) occupe 3 étages de la tour et est doté de 4 ascenseurs dorés. La porte d’entrée de son triplex est faite d’or et incrustée de diamants. L’intérieur n’est pas en reste avec, entre autre, des colonnes en marbre rehaussées de moulures dorées à la feuille 25 carats.

Trump accepte que son locataire APMEX règle sa caution …en lingots d’or

Donald Trump accepte des lingots d’or comme caution pour une location à APMEX

Donald Trump accepte des lingots d’or comme caution

Dans les années 2010, à la tête d’un patrimoine immobilier considérable, Trump arrondit ses fins de mois en proposant certaines de ses constructions à des locataires prestigieux. C’est ainsi qu’il loue en Septembre 2011 le 50ème étage de sa tour « Trump Building » située au n° 40 de Wall Street au plus gros vendeur de métaux précieux des US, le broker APMEX. Mais au lieu de demander un chèque au titre de la caution il demande à son locataire (le CEO de Apmex: Michael R. Haynes ) de lui céder … 3 lingots d’or de 32 onces représentant un montant de 176 000 dollars!

Pour être honnête, cette transaction a fait l’objet d’une publicité inhabituelle (Trump se montrant généralement plus discret lors de ses deals) et avait pour but premier de démontrer que la « mauvaise » gestion du démocrate Obama conduisait les grands propriétaires immobiliers à se méfier du dollar et à se tourner vers l’or, la seule valeur vraie valeur refuge. Néanmoins, interrogé sur la signification de ce deal inhabituel, le magnat aurait déclaré :

« L’achat d’or est une façon lucrative de diversifier son portfolio, particulièrement avec une telle volatilité des actions en bourse ! »

Dans une vidéo de GQ, Le candidat à la Maison Blanche annonce son intérêt pour un retour au « gold standard »

Alors que la campagne américaine pour désigner le candidat républicain battait son plein, le média américain GQ (éditeur du célèbre magazine masculin éponyme) est allé à la Trump Tower interviewer Trump sur les thématiques liées à son fameux slogan de campagne « Make America Great Again ». Il en est résulté un petit montage vidéo au ton léger qui va de l’approbation des pantalons de sweater sur mesure à son refus de l’extradition de Justin Bieber !!!. Parmi ces thématiques que nous qualifierons de « légères » on trouve des choses plus sérieuses comme l’opinion du candidat sur la légalisation du cannabis, sur le pape François ou encore … sur le retour à un standard monétaire basé sur l’or !
Ce dernier point est adressé avec beaucoup de conviction par le milliardaire qui affirme la chose suivante :

 » Revenir à un standard basé sur l’or serait difficile à mettre en œuvre, mais les gars, ne serait-ce pas merveilleux ! Nous aurions un standard sur lequel nous pourrions adosser notre monnaie. « 

Certes Trump utilise ici le conditionnel mais il parle du sujet avec une force de conviction qui nous semble particulièrement sincère, ou en tout cas en net décalage par rapport aux autres thématiques abordées. Vous pouvez regarder le clip vidéo de Trump pour vous faire votre propre opinion.

Trump aime l’or mais déteste la banque centrale (FED)

Pendant sa première campagne électorale Trump a ouvertement critiqué la politique monétaire de « soft money » menée par la Fed. Arrivé au pouvoir, il n’a pas renouvelé le mandat de sa présidente Janet Yellen a qui il reprochait sa politique de taux accommodante qui aurait, selon lui, favorisé son opposant Obama. Le 5 Février 2018, il la remplace par Jérôme Powell, qui pense-t-il, sera plus proche de ses idées. Peine perdue : en accord avec l’économie américaine qui se porte mieux, ce dernier conduit une politique rationnelle de remontée des taux qui aurait dû logiquement plaire à Trump mais qui paradoxalement, l’agace au plus haut point.

En effet, Trump a dans le viseur la campagne électorale de 2020 qui se rapproche et une baisse des taux permettrait, selon lui, de booster encore plus l’économie, ce qui est généralement très profitable au candidat sortant. Craignant une surchauffe, la Fed n’a pas cédé pour l’instant, se contentant de ne pas augmenter les taux comme initialement prévu.

Mais ce désamour pour la Fed et son souhait de baisser les taux pour se faire élire est en opposition totale avec une réelle affection pour les tenants de la « hard money », une affection que Trump partage avec un nombre croissant de républicains. Ne pouvant pas destituer Powell (qu’il a nommé pour 4 ans et qui a encore 3 ans d’exercice devant lui) Trump essaie de modifier, au gré des renouvellements, la composition du bureau des gouverneurs de la Fed. Celui-ci est constitué de 7 membres, y compris Powell.

La nomination de Herman Cain et de Stephen Moore a échoué mais sa dernière proposition (annoncée comme d’habitude par un tweet) est plus crédible : elle inclut le vice-président à la Fed de Saint-Louis : Christopher Waller ainsi que la directrice de la Berd (Banque européenne pour la reconstruction et le développement), l ’économiste Judy Shelton.

Or cette dernière est une pro-étalon or, activiste de longue date au sein du parti républicain, qui n’a pas hésité à réclamer une nouvelle conférence … de style Bretton Woods pour lier à nouveau le dollar au cours de l’or, 75 ans après la célèbre conférence de 1944. Elle fustige les manipulations incessantes effectuées par les gouvernements auprès de banques centrales, manipulations qui déstabilisent le marché des devises et faussent la concurrence entre nations. Cerise sur le gâteau, cette économiste est également favorable à une baisse rapide des taux, ce qui plait beaucoup à Donald Trump.

Dans une publication de l’été 2018 du Cato Institute (un think tank qui défend la liberté individuelle, la limitation du gouvernement et le marché libre) elle fustige la monnaie casino émise par les banques centrales et milite pour un nouveau système international basé d’une façon ou d’une autre sur le cours du métal précieux. Le but final avoué étant de sécuriser sur le long terme la proéminence du dollar dans ce nouveau système monétaire devenu enfin stable grâce à son lien avec l’or.
Elle termine son exposé dans le Cato Journal par cette phrase :

“We make America great again by making America’s money great again”

Nul doute que ce nouveau slogan va faire partie intégrale de la 2ème campagne électorale qui vient de commencer. Que l’on aime ou pas l’actuel locataire de la Maison Blanche force est de constater qu’il fait bouger les lignes. A l’heure ou les cryptomonnaies occupent la une des médias la vieille relique barbare sonnante et trébuchante pourrait bien revenir en force et surprendre tous les analystes. L’amour que lui prête Donald Trump sera-t-il assez fort pour la faire revenir dans la corbeille des principales devises et en premier lieu le dollar ? Franchissant la barre des $ 1400 l’once début Juillet, le cours de l’or en dollars a progressé de 11% en 6 mois, une preuve tangible d’un regain d’intérêt indéniable.

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Powered by WordPress | Designed by: Themes Gallery | Thanks to wordpress 4 themes, Download Premium WordPress Themes and